top of page
  • Writer's pictureStephen Della Casa

The Free and the Grounded

Tree and Bank, 2021.

Photograph, and description by Stephen Della Casa


During late winter, a single tree with its bare trunk and branches sits in front of a glass and brick building. In this projection, we see the tree and bank building with a type of movement and lightness expressed by the tree. Made in an impressionistic style, Tree and Bank was made in a small town in Ontario, but with its clean projection to the viewer, it could have been made in a large city as well.

When reading the image, facing us, a bank with its scale stretching beyond the frame in all directions, we see its brick wall, large glass windows, and interior. This human-made structural elements are depicted as stationary or fixed and having far less movement than the tree. As we look through the bank’s glass windows, we see florescent ceiling lights all lit up signaling that the business operations are underway. Moving down the glass, we see the base which displays a green, grey appearance and might be wall, but effectively is a barrier, blocking our view to inside the building.


As a living thing, the tree is in a current state of rest, hibernating in its winter dormancy. With the cycle of the seasons, it will become refreshed and renewed in springtime, some may even say reborn. Although we see the tree as two dimensional, we understand that it has branches nearer and farther away from us and we acknowledge its depth and rounded shape. The oblique position of the tree with its roundness suggests that we are not looking at the front of it as it has no singular front view. Indeed, the tree offers us a multi directional front views or face. The bank in contrast shows us its facing view straight on and seems more firmly positioned and grounded. It’s facing us and holding us and perhaps grounding us with its straight on position. The tree, with its’ multi-directional face suggests weightlessness, motion and certainly a sense of freedom.


The bank again is presented as bold, minimal, clean and firmly positioned. Efficiently performing its function regardless of the season, it is without rest or pause or freedom of the natural world. The bank, as a business, bound by its obligations to financial rules and the building subject to material structure, offers security but cannot offer the aspirational, gravity-defying spirit and freedom of the tree.



Tree and Bank, 2021.

Photographie et description par Stephen Della Casa

À la fin de l'hiver, un seul arbre avec son tronc nu et ses branches se dresse devant un bâtiment de verre et de brique. Dans cette projection, nous voyons l'arbre et la berge avec un type de mouvement et de légèreté exprimé par l'arbre. Réalisé dans un style impressionniste, Tree and Bank a été réalisé dans une petite ville de l'Ontario, mais avec sa projection nette pour le spectateur, il aurait également pu être réalisé dans une grande ville.

En lisant l'image, face à nous, un talus dont l'échelle s'étend au-delà du cadre dans toutes les directions, on voit son mur de briques, ses grandes baies vitrées et son intérieur. Ces éléments structurels fabriqués par l'homme sont représentés comme stationnaires ou fixes et ont beaucoup moins de mouvement que l'arbre. En regardant à travers les vitres de la banque, nous voyons des plafonniers fluorescents tous allumés indiquant que les opérations commerciales sont en cours. En descendant le verre, nous voyons la base qui affiche une apparence verte et grise et pourrait être un mur, mais constitue en réalité une barrière, bloquant notre vue vers l'intérieur du bâtiment.





En tant qu'être vivant, l'arbre est dans un état actuel de repos, hibernant dans sa dormance hivernale. Avec le cycle des saisons, il se rafraîchira et se renouvellera au printemps, certains diront même renaître. Bien que nous considérions l'arbre comme bidimensionnel, nous comprenons qu'il a des branches de plus en plus éloignées de nous et nous reconnaissons sa profondeur et sa forme arrondie. La position oblique de l'arbre avec sa rondeur suggère que nous ne le regardons pas de face car il n'a pas de vue de face singulière. En effet, l'arbre nous offre une vue de face ou de face multidirectionnelle. La rive en revanche nous montre sa vue de face et semble plus solidement positionnée et ancrée. Il nous fait face et nous tient et peut-être nous ancre avec sa position droite. L'arbre, avec son visage multidirectionnel, suggère l'apesanteur, le mouvement et certainement un sentiment de liberté.


La banque est à nouveau présentée comme audacieuse, minimale, propre et fermement positionnée. Exerçant efficacement sa fonction quelle que soit la saison, il est sans repos ni pause ni liberté du monde naturel. La banque, en tant qu'entreprise, liée par ses obligations aux règles financières et le bâtiment soumis à une structure matérielle, offre la sécurité mais ne peut pas offrir l'esprit ambitieux et défiant la gravité et la liberté de l'arbre.



14 views0 comments

Recent Posts

See All

Comentários


bottom of page